RSS
RSS



 

Partagez | 
 

 #23 Tu es formidable, je suis fort minable [Feat Isis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



Invité


MessageSujet: #23 Tu es formidable, je suis fort minable [Feat Isis]   Mar 16 Juin - 10:58

J'allais mal, c'était un fait, mais je mentais à mon entourage, leur faisant croire qu'il n'y avait rien, que je n'étais pas au fond du trou... Et tout ça, pour ne pas parler de cette première fois avec un homme. Si ça ne m'avait pas plu, j'aurais pu encore en rire mais non, ça m'avait plu. Des flashs de cette horrible soirée m'étaient revenus en mémoire et j'étais heureux en couchant avec ce mec. Cette soirée m'avait fait perdre le sommeil, je ne cessai de penser à ça, à lui, à moi... Est-ce que je me connaissais bien ? Plus je pensais que je ne me connaissais pas si bien que ça et plus j'étais terrifié par ce que je pourrais faire. Plus j'étais terrifié et plus je ressentais le besoin de me droguer et de boire. Je voulais oublier. Tout oublier.

En voulant tout oublier, j'avais oublié ceux que j'aimais. Je m'étais coupé de mes amis et notamment d'Isis, qui n'aurait pas dû pâtir de mes erreurs. Heureusement, elle n'était pas comme moi, elle essayait de remettre les choses en place et ne pas les laisser partir à vau-l'eau.

On était le 16 Juin, j'étais en congé. La veille, je m'étais encore mis minable et les stigmates de ma soirée en solitaire jonchaient le sol et la table basse dans mon salon : bouteilles de bière par terre et mégots de cigarettes et de joints dans le cendrier. J'avais sorti Gus, mon bouledogue, vers 6 heure du matin alors que j'étais encore debout, ivre mort et défoncé. Au retour de cette promenade, je m'étais effondré dans le canapé. Il était pas loin de 11 heure lorsque je fus réveillé par la sonnette. Je ne prenais pas la peine de me changer (Je n'allais pas faire d'efforts pour un abruti qui me dérangeait le matin!), je puais la sueur, l'alcool et la fumée à plein nez, j'en avais conscience. On pouvait voir à quel point, j'étais exténué. J'étais démuni, incapable de mentir sur mon état. Quand j'ouvris la porte, quelle ne fut pas ma surprise de voir Isis. Gus n'hésita pas à venir lui faire la « fête », dans son cas ça signifie se frotter contre elle et ne plus la lâcher.

-B'jour. Qu'est-ce q'tu fais là ?, lui fis-je, la voix rauque et la bouche pâteuse.

Un instant, je me retournais pour évaluer les « dégâts » dans mon appartement. En plus des bouteilles de bières et des mégots, je n'avais pas remarqué les cartons de pizzas qui s'entassaient dans un coin, pas loin de la télé... C'est bon, j'étais grillé. De toute façon, elle devait bien se douter de quelque chose... Pour faire bonne figure, je fis un sourire qui ne dura pas, je n'avais vraiment pas le cœur à sourire. Finalement, je m'effaçais pour la laisser entrer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


MessageSujet: Re: #23 Tu es formidable, je suis fort minable [Feat Isis]   Mar 16 Juin - 13:35

cela faisait un moment que je n'avais pas vu val, je commençais à me faire du soucis pour lui. Normalement on s'entend si bien et là aucune nouvelle. J'ai remarqué qu'il était différent depuis un moment, il n'est plus joyeux. J'avais décidé de prendre les  choses en main et était donc en direction vers chez lui. Je ne supportais pas voir mes amis en mauvais état, je ne pouvais pas le laisser comme ça. Il fallait que je sache ce qui lui arrive, que je l'aide, que je lui fasse retrouver le sourire. La vie est courte, nous ferions bien d'en profiter comme il se doit.
Sur le chemin je m'arrêta pour prendre un bon café pour val et un chocolat liégeois pour moi la gourmande. Ce truc c'était une tuerie, je n'avais pas résister et en avait pris un peu avant d'arriver chez mon ami.
Puis une fois devant sa porte je toqua, il mit plusieurs minutes avant d'arriver, je devais probablement le réveiller. Et quand il ouvrit la porte, j'avais un grand sourire aux lèvres. Son chien vint me dire bonjour et je m'abaissa pour le caresser, j'adorais les animaux. Puis je me releva « surtout cache ta joie » lui dis-je luis j'ajouta « je viens te voir, ça faisait un moment qu'on c'était pas vu »
On pouvait effectivement constaté que je le sortais du lit, il dégagé une sale odeur « t'es en mauvais état dis-donc » J'étais une fille plutôt franche, je disais ce qui me passait par la tête et je ne prenais pas toujours des pincettes.  
Il me laissa finalement passé et je pu constater que l'état de son appartement n'était pas mieux. Qu'est-il arrivé à mon petit Val ? Je devais l'aider à sortir de cette période, je ne pouvais pas le laisser comme ça, et j'allais commencer aujourd'hui.
Puis je lui tend le café que je lui ai pris « tiens un café pour ta gueule de bois » lui dis-je avec un petit sourire 
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


MessageSujet: Re: #23 Tu es formidable, je suis fort minable [Feat Isis]   Mar 16 Juin - 17:33

Je me rendis compte de la façon dont je venais de lui parler et j'eus honte. Je l'accueillais comme une mal-propre, comme si elle me dérangeait plus qu'autre chose, comme si elle  n'était pas l'une de mes amies les plus proches. Je vis qu'elle avait apporté du café. Je ne pouvais la contredire sur ce qu'elle me dit et surtout pas sur le fait que j'étais en mauvais état. Je n'arrivai pas à mettre des mots sur ce que je voulais lui dire. Je ne pouvais décemment pas faire comme si je ne l'avais pas ignorée pendant plusieurs semaines, répondant à peine aux SMS qu'elle pouvait m'envoyer. Quand elle me tendit le café, je ne pus que lui répondre merci avant de lui présenter un semblant d'excuse : « Je suis désolé pour tout. Pour mon silence. Pour l'état de mon appartement. Pour t'avoir accueillis comme une merde... Je ne sais vraiment pas ce que tu fais avec moi... ». J'étais sincère, je pensais vraiment qu'elle perdait son temps avec moi, qu'elle était trop bien pour être amie avec un type comme moi. J'étais dans une période de déprime et mon caractère changeant n'aidait en rien : il amplifiait tout ce que je ressentais de négatif.

Je bu une gorgée du café puis mon regard se perdit une nouvelle fois dans le désordre de mon appartement. Cette fois-ci, je remarquai, pour la première fois ce matin, le joint roulé et posé sur mon paquet de cigarettes, sur la table basse. Oh, merde ! Ca, ça ne trompait pas, je ne pouvais pas le faire passer pour autre chose, contrairement aux mégots de joints qui reposaient dans mon cendrier. Nerveux, je fourrais une main dans la poche de mon jeans puis descendis le reste du café d'une traite. Je me fichais bien s'il me brûlait la gorge, ça serait tant mieux : je parlerai pas ainsi.

Je posai les yeux sur Isis. Je savais que ce qu'elle verrait de moi, aujourd'hui, la décevrait mais c'était peut-être mieux ainsi. De but en blanc, je lui annonçais : « Tu m'excuses, je vais prendre une douche. Je n'en ai pas pour longtemps, moins de 10 minutes. ». Je ne lui rappelais pas de faire comme chez elle, elle savait qu'elle pouvait faire ce qu'elle voulait chez moi. Et plus important, je ne lui laissais pas l'occasion de m'empêcher d'aller me laver.

Comme promis, je fus de retour une dizaine de minutes plus tard, propre, frais (mais pas reposé), j'avais mis des vêtements propres et avais même pris le temps de me brosser les dents. Quand je fus face à mon amie, je tentai de lui sourire, en vain. Je me sentais sombrer, plonger encore un peu plus profond dans le trou dans lequel j'avais mis le pied en Février dernier. Je n'avais rien dis, je n'avais pas parlé de ce que j'avais fait. Je m'étais coupé la majorité de mes liens avec les autres. Cela fait près de quatre mois que je vivais ainsi. Quatre mois d'enfer pur et dur. Je m'affalai dans le canapé et lançai un regard éloquent à Isis. Je lui lançai un regard qui disait très clairement : « Je n'en peux plus. ». Je savais aussi très bien que la blonde serait capable de décrypter ce que je voulais lui transmettre silencieusement malgré des semaines sans me voir. Bientôt, écrasé par le poids de ma culpabilité (Culpabilité de quoi ? On se le demande mais je me sentais coupable d'un crime horrible), je baissais la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


MessageSujet: Re: #23 Tu es formidable, je suis fort minable [Feat Isis]   Mar 16 Juin - 20:01

Je ne comprenais vraiment pas ce qu'il s'était passé, ce qui était arrivé à val, ce qui nous était arrivé, je veux dire on était bon amis. Pourquoi était-il comme ça ? Il n'avait pas répondu à mes dernier SMS ou alors très vite, mais j'aurais du insister. Ce n'est que en voyant son état ce matin et l'état de son appartement que je compris qu'il y avait un gros truc. J'aurais du m'en rendre compte plus tôt, sur ce coup la je n'avais pas assuré. « non c'est bon ne t'en fait pas val', j'ai aussi des choses à me reprocher, j'aurais du être plus présente pour toi. Et ne te demande surtout pas pourquoi on est ami, t'es une personne génial, ne remet jamais ça en cause » lui dis-je. Il me rendait un peu triste, il faut dire que je suis une fille hyper sensible. Et le voir comme ça, mal comme il l'était, à se rabaisser comme ça, ça me rendait triste. Je voulais le revoir sourire et je comptais bien lui arracher un sourire aujourd'hui, un vrai sourire et pas celui qu'il a essayé avant.  
En allant dans son salon, j'observa, c'était un foutoir complet. Et je le vis là, posé tranquillement sur son paquet de clope, le joint roulé. J'en faisais des conneries, mais les joints j'étais pas vraiment pour, je n'avais d'ailleurs jamais fumé de ma vie. Mais je ne dis rien, je ne voulais pas en rajouter il était déjà assez mal comme ça.
« c'est une bonne idée t'empeste », lui dis-je en rigolant, alors qu'il me disait qu'il allait à la douche, je ne sais pas s'il avait eu le temps de m'entendre, étant donné qu'il était déjà partit en direction de la salle de bain. Me laissant avec Gus. Je regarda le chien avec un petit sourire et lui donna une caresse.
Je ne pouvais pas laisser cet appartement comme ça et je n'allais pas ne rien faire pendant qu'il était sous la douche, alors pendant que monsieur se laver je pris un sac poubelle et commença à jeter tout ce qu'y trainait ici. Puis je pris les cartons de pizza et alla les jeter dans les poubelles de tris en bas. Je n'avais pas fait grand chose mais c'était déjà un début, je m'installa ensuite sur le canapé et l'attendant et en caressant le chien.
Une fois qu'il revint, il me faisait un petit sourire, encore un faux sourire « t'as pas besoin de faire semblant avec moi, je vois très bien que ça va pas » lui dis-je avec un petit sourire. Puis il vint s'asseoir sur la canapé, je posa ma tête sur son épaule, puis le regarda un petit sourire aux lèvres « tu veux me raconter ce qu'il se passe ? » 
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


MessageSujet: Re: #23 Tu es formidable, je suis fort minable [Feat Isis]   Mer 17 Juin - 0:38

Suite à mes excuses, Isis tenta de me rassurer, sans y arriver, en me disant qu'elle aussi avait des torts. Elle affirma aussi que j'étais quelqu'un de génial mais je n'y croyais pas. Après tout, elle avait le droit de penser ce qu'elle voulait. La seule chose sur laquelle je la croyais sans hésiter était que je puais. C'était l'une des premières choses qui m'avait effleuré l'esprit. Elle riait mais ça ne m'affectait pas.

Quand je revins dans le salon, tout était plus clair. Mon amie avait débarrassé les cartons de pizzas et jeté les bouteilles de bière. J'avais vraiment de la chance de l'avoir comme amie. Elle était si gentille, si dévouée envers moi. J'étais vraiment touché. Quand elle posa sa tête sur mon épaule, je passais un bras autour de son épaule. Gus nous regardait, l'air curieux. Je me re-focalisai sur mon amie. Que pouvais-je lui dire ? Rien. Je n'allais pas lui parler de mon aventure, de mes problèmes d'identité. Ca ne la concernait pas et je n'avais pas envie de perdre son amitié ou son estime parce que j'avais une mentalité d'un autre temps. Peut-être pouvais-je mentir un peu, décaler le problème ? Ca risquait d'être dur et je n'avais plus envie de manipuler mon amie. Je pouvais tester autre chose : être laconique, ne pas donner de réponses directes mais des réponses alambiquées, équivoques, énigmatiques...

-On ne peut pas dire que ça aille... Mais ça pourrait être pire. Je ne suis pas sûr de vouloir en parler : tout ce que je veux c'est oublier.

Je ne lui disais pas ce que je voulais oublier. Je n'allais pas parler du hipster avec lequel je m'étais envoyé en l'air. Subitement, je détachais Isis de moi pour pouvoir allumer une cigarette. Je devais me contenir face à elle, ne pas l'impliquer dans mes histoires. Elle n'avait rien à savoir même si elle était une excellente amie... Enfin, c'était ce dont j'essayais de me convaincre. Alors que je tenais ma cigarette entre deux doigts, je posai mon front sur l'épaule de la blonde.

-Tu le vois que je vais mal... Je suis au fond du trou. Je n'en peux plus... Tu comprends ? Je me sens nul, pitoyable, misérable, incapable... Je me dégoûte., murmurais-je.

J'avais plus ou moins craqué même si je ne lui avais pas appris grand chose.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: #23 Tu es formidable, je suis fort minable [Feat Isis]   

Revenir en haut Aller en bas
 
#23 Tu es formidable, je suis fort minable [Feat Isis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tu étais formidable, j'étais fort Minable [Pv Sienna]
» Tu étais formidable, j'étais fort minable - Cersei & Elyas
» ILYES ASSOUAN. || JE SUIS FORMIDABLE, TU ES FORT MINABLE.
» Tu es formidable et je suis fort minable || Anna & Raf
» tu étais formidable, j'étais fort minable nous étions formidables ❥ marie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BAD IN LOVE :: Bad In Love vous dit au revoir ! :: à récupérer :: RPs terminés-