RSS
RSS



 

Partagez | 
 

 J'me noie dans un verre d'eau, J'me sens mal dans ma peau... [Val]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



Invité


MessageSujet: J'me noie dans un verre d'eau, J'me sens mal dans ma peau... [Val]   Dim 28 Juin - 1:24




J'me noie dans un verre d'eau,
J'me sens mal dans ma peau...
Valerian & Amy
There's a war inside my head. Sometimes I wish that I was dead, I'm broken. So I call this therapist And she said, "Girl, you can't be fixed, just take this." I'm tired of trying to be normal I'm always over-thinking I'm driving myself crazy So what if I'm fucking crazy?



Je pense que je fais parti de ces esprits névrosés et que l’on ne pourra jamais soulagé. Je ne suis pas complètement folle de façon non stop mais j’ai bien conscience que je ne tourne pas rond. Qui se retrouverait au bord de la tamise, à fixer l’eau, prête à se jeter à l’eau si ce n’est quelqu’un de profondément désespéré ou de fou. Car je ne voulais même pas mourir, ce n’était pas le but de mon geste. C’était un « jeu », un triste jeu entre la mort et moi. On se courrait après, on se fuyait. Elle avait rythmé ma vie et depuis qu’elle m’avait volé quasiment la totalité de ma famille, j’avais l’impression d’avoir échappé de façon injuste à sa moisson.
Peut être qu’au fond j’étais réellement suicidaire ? Peut être que je cherchais à réparer l’injustice de cette nuit où Rose a survécu et où j’ai perdu ceux que j’aimais le plus même si je ne savais pas leur montrer ? Pourtant quand je prenais le dessus sur les risques, quand je m’en sortais indemne, je me sentais apaisée, soulagée, comme si la mort venait de tapoter sur mon épaule en disant « Pas encore Amy, tu vois bien, pas encore » C’était glauque, totalement barré et on me ferait sans doute interner pour moins que ça mais c’était comme ça que je fonctionnait.
Mais vraiment, je n’avais pas ce genre de pulsions tous les jours. Il y avait même de longues semaines sans que je ne veuille remettre en cause mon existence. J’aimais même ma vie quand il s’agissait de se perdre parmi les animaux et de regarder un aigle ou un faucon voler. Là seulement, je me sentais à ma place. Là seulement, je n’avais aucun doute sur ma légitimité à exister. Je vous l’ai dis, je suis folle et cassée. Jusque là personne n’a su me réparer et je ne suis pas sûre que cette personne existe.
Penchée par dessus la rambarde du quai, je venais de l’enjamber et je me retrouvais suspendue par dessus l’étendue d’eau si calme en cette fin de soirée. Voyez-vous, pour me jeter à l’eau, j’avais préféré éviter le public. Autant rester discrète dans sa folie.
Mes mains avaient glissé contre la rambarde et je m’étais jetée dans le vide. Une grande inspiration avant le saut de l’ange, si je négociais correctement le plongeon, je pouvais m’en sortir, même depuis cette hauteur. Le risque était là bien sur, d’autres avaient réussi à mourir de cette façon mais sans enjeu, ça ne valait pas la peine. Mon corps avait fini par percuter la surface de l’eau, pas aussi bien que je l’aurais voulu et ma bouffée d’oxygène m’avait permis de survivre à ça. Ce que je n’avais pas prévu par contre, c’était le passage d’un bateau à moteur, passant trop près et trop vite et dont les vagues dans le sillage venaient de me projeter contre l’un des poteaux du pont duquel j’avais sauté.
Le choc avait été tel que je perdais connaissance et mes chances de survivre à ma nouvelle épreuve venaient de considérablement s’amoindrir. Je ne pouvais plus me sauver moi même. La mort venait peut être de me mettre K.O. alors que mon corps se retrouvait balloter par les dernière vagues.




©fiche:Mag' & gifs: ukutsu & fashiontheorylove (Tumblr)


Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


MessageSujet: Re: J'me noie dans un verre d'eau, J'me sens mal dans ma peau... [Val]   Lun 29 Juin - 23:02

Dans mon métier, on rencontrait un nombre de gens incroyables, connaissait autant de petits drames personnels. Parfois, je croisais des gens pas toujours très clairs dans leurs têtes. Mais je crois bien que je n'avais jamais rencontré de personnes aussi fêlées qu'Amy.

On s'était rencontré un soir sur un pont. Drôle de rencontre. Ce n'était pas tout les jours que l'on rencontrait quelqu'un dans de telles circonstances. Comme tout les soirs, je sortais Gus, mon bouledogue. Il adorait passer sur le pont, il devait aimer l'eau, être près de l'eau. Il était bien anglais ! J'abordais tranquillement le pont lorsque je vis une jeune femme de l'autre côté de la rambarde. Qu'est-ce qu'elle foutait ? Elle voulait se suicider ? Je n'étais pas en fonction mais je me devais d'agir en bon pompier que j'étais, sauver des gens dans la mesure du possible... Je voulu lui parler mais trop tard, elle avait déjà fait le saut de l'ange. Personne ne semblait l'avoir remarquée. Je me précipitais à l'endroit où elle se tenait quelques instants auparavant pour évaluer l'emplacement de sa chute. Ce fut à ce moment que je vis le bateau à moteur. Merde. Elle était certainement blessée. Je devais agir vite. Je couru jusqu'au quai, mon chien sur les talons, enlevai ma veste et posai mon téléphone ainsi que mes clés sous la surveillance de mon chien -Qui ne faisait pas très peur mais qui était suffisamment mal-luné pour faire fuir n'importe quel petit délinquant de bas-étage. De toute façon, ça ne devrait pas me prendre trop de temps pour récupérer la jeune femme. Je sautai à l'eau sans attendre. Je nageai jusqu'au point de sa chute et commençai à scruter autour de moi pour la trouver. Elle n'était plus là. Je plongeai. Peut-être avait-elle coulé ? J'avais raison peu de temps plus tard je la tirai à la surface. Elle n'avait eu le temps de couler que de deux mètres. Je priais pour qu'elle n'ai rien. Je la ramenai ensuite jusqu'à la berge, non sans difficulté. Même en été, l'eau était glaciale. C'était la première fois de ma vie que je sautais dans l'eau, tout habillé, pour sauver quelqu'un. Ca allait faire gonfler mon égo ! J'aimais être un sauveur, un héros.

Je vérifiais sa respiration. Il fallait lui faire du bouche-à-bouche. Heureusement, elle était très loin d'être laide alors ça facilitait les choses. Je l'allongeais correctement, plaçai sa tête en arrière et commençai la manœuvre. Souffler doucement dans sa bouche, appuyer sur la poitrine... Tout ça m'était très familier : c'était les premiers soins. Après une minute de ce traitement, elle revint à elle en crachant de l'eau. Je soupirai de soulagement et m'assis à côté d'elle. « Vous allez bien ? Vous savez, le suicide ce n'est pas une solution. », lui dis-je d'une voix désapprobatrice. Pendant ce temps, Gus s'était approché de la jeune femme et la dévisageai avec intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


MessageSujet: Re: J'me noie dans un verre d'eau, J'me sens mal dans ma peau... [Val]   Mar 30 Juin - 3:22




J'me noie dans un verre d'eau,
J'me sens mal dans ma peau...
Valerian & Amy
There's a war inside my head. Sometimes I wish that I was dead, I'm broken. So I call this therapist And she said, "Girl, you can't be fixed, just take this." I'm tired of trying to be normal I'm always over-thinking I'm driving myself crazy So what if I'm fucking crazy?



Je n’aurais jamais pensé que je pourrais mourir de cette façon. A vrai dire, j’avais cru pendant un temps que je mourrais, amaigrie et affaiblie au fond d’un lit d’hôpital. C’était quand on m’avait diagnostiqué une tumeur au cerveau. Incurable. Voilà ce qu’on m’avait dit et pourtant j’en étais venue à bout. Alors mourir en ayant « simplement » sauté d’un pont, ce n’était pas vraiment ce à quoi j’aurais pensé. Peut être qu’à gagner mes défis contre la mort j’étais devenue trop confiante. Enfin « peut-être »… C’était clairement ce qui s’était passé. J’avais cru pouvoir piquer une tête dans la tamise et ressortir après quelques brasses. Je ne l’avoue jamais à voix haute, mais j’ai quand même un sacré problème dans ma tête.
Après tout, si ça devait se finir là, qu’est-ce que ça changerait ? Ma petite sœur me déteste, et je n’ai plus personne pour pleurer sur mon sort. Les gens qui me connaissent se diraient : elle a taillé la route, comme elle le fait chaque fois. Alors même si je laissais la Tamise m’avaler, les conséquences seraient nulles. Et les eaux noires londoniennes étaient justement en train de m’avaler. L’eau faisait son chemin, remplissant mes poumons.
Mais il faut croire qu’on a le droit à des jokers, même contre la mort. Inconsciente, mon corps se retrouvait à nouveau à la surface avant de s’étendre sur le bitume du quai. Plus mon sauveur s’acharnait à me ramener à la vie, plus la mort était obligée de battre en retraite. Désolée ma cocotte, ça ne serait pas pour cette fois. Le réveil avait été brutal alors que je recrachais l’eau dans une toux des plus désagréable. J’avalais de grande bouffée d’air frais, cherchant à rattraper les minutes sans oxygène et tentant de retrouver tous mes esprits. A moitié tournée sur le côté, je tentais de rétablir un rythme de respiration normal.
La silhouette de l’homme qui venait de me sauver la vie venait de s’asseoir à côté de moi. S’il n’avait pas été là, personne d’autre ne l’aurait été. La preuve avec l’absence de témoins autour de nous. Sa voix venait de transpercer le silence.
« Ça va... » Du moins, comme on peut aller quand on a manqué de se noyer. Je me redressais en levant la tête vers lui suite à sa petite remarque pleine de reproche mais je manquais encore d’énergie pour me lancer dans des explications qu’il ne comprendrait pas. Il avait du me voir sauter alors comment lui faire comprendre que non, je n’essayais pas de me tuer.
J’avais manqué de sursauter alors qu’un bouledogue venait d’approcher. Les animaux ça, j’avais le mode d’emploi. Non, c’était inné, on se comprenait. Je n’avais pas besoin de cacher ma folie, mes névroses, ou d’avoir l’air normale avec eux. Je tendais la main vers le chien avant de le caresser. J’esquissais alors mon premier sourire, un vrai sourire sincère. « Salut le chien… »
J’étais à présent assise, retrouvant un semblant de respiration plus apaisée. Je lançais un regard au héros de la soirée, le visage pourtant impassible. Je ne savais pas trop ce que j’étais sensée dire au type qui venait de me sauver. C’était mon problème ça, ne pas savoir toujours communiquer. « Merci… » Ça me semblait être un bon début alors que je caressais toujours le chien qui semblait apprécier l’attention que je lui portais. Je reposais mon attention sur son maître, esquissant un petit début de sourire. « Comment il s’appelle ? » Oui, je me jette d’un pont, le type me sauve la vie, je lui glisse un « merci » et je lui demande le nom de son chien. Bienvenue dans le monde totalement incohérent d’Amy.




©fiche:Mag' & gifs: ukutsu & fashiontheorylove (Tumblr)


Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


MessageSujet: Re: J'me noie dans un verre d'eau, J'me sens mal dans ma peau... [Val]   Mar 30 Juin - 10:35

Outre le fait que pour la première fois de ma vie, j'avais sauté dans la Tamise, Amy était aussi la première personne à me demander comment s'appeler mon chien avant de me demander mon propre prénom. Je devais me rendre à l'évidence : Gus avait plus de charme que moi. Le charme canin, c'était quelque chose ! Enfin, la femme que je venais de sauver avait l'air sacrément sonnée. Le passage du bateau à moteur ne lui avait clairement pas fait de bien. Au moins, elle était en vie. Toujours est-il que je me mis à sourire quand je la vis caresser mon chien. Oh oui, la vie était belle pour monsieur Gus. Il posa sa grosse tête sur les genoux de la brune d'un air de dire : « T'as vu, Val ? Elle m'adore. On la ramène à la maison ? ». Je me tournais vers celle que j'avais repêché et lui répondis : « Il s'appelle Gus. Il a l'air de vous adorer. D'ordinaire, on demande plutôt le nom de son sauveur et non celui de son chien mais vous... Vous ne fonctionnez pas de la même manière que les autres, non ?. Cette dernière phrase était dite sur le ton de la plaisanterie. Moi-même, je ne fonctionnais pas comme les autres : j'étais difficile à vivre, je changeais d'humeur en un claquement de doigt et cela exaspérait mon entourage... Sauf mon père, il avait appris à me gérer et il n'avait jamais de problème avec mon trouble de l'humeur.

Subitement, j'eus envie d'une cigarette. Je tâtonnais dans ma poche à la recherche de mon paquet et de mon briquet... Mais quel con ! J'avais sauté à l'eau avec mes cigarettes dans la poche. Je laissais tomber le paquet trempé. J'avais peu de chance de réussir à sauver quelque chose dans mes cigarettes. « Fais chier! », crachais-je entre mes dents. Je sentais la rage monter en moi mais je me devais de contrôler un tant soit peu ma colère. J'inspirai profondément et tentai de reporter mon attention sur la belle brune que j'avais sortie du fleuve. Pourquoi avait-elle sauté ? Qu'est-ce qui avait pu la pousser à faire une chose pareille ? « Je sais que ça ne me regarde pas mais pourquoi avez-vous voulu vous suicider ? Vous avez des problèmes avec votre famille ? Ou au travail peut-être ? Je suis sûr que vous avez beaucoup de raison de vivre. Regardez-vous, vous êtes belle, je pari que vous êtes intelligente et puis, vous êtes très très loin d'être banale...  », lui fis-je d'une voix qui se voulait douce. Je m'étais un peu enflammé. Je ne savais rien d'elle mais j'étais sûr qu'elle avait beaucoup de qualités. Mais je ne pensais pas qu'elle était complètement barrée. Je n'imaginais pas qu'elle tentait de se suicider par simple amusement. Sans crier gare, je la pris dans mes bras. J'étais persuadé qu'elle avait besoin de sentir qu'elle n'était pas seule, qu'il y avait des gens avec elle. Le contact physique avait parfois des bienfaits inattendus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


MessageSujet: Re: J'me noie dans un verre d'eau, J'me sens mal dans ma peau... [Val]   Mar 30 Juin - 15:39




J'me noie dans un verre d'eau,
J'me sens mal dans ma peau...
Valerian & Amy
There's a war inside my head. Sometimes I wish that I was dead, I'm broken. So I call this therapist And she said, "Girl, you can't be fixed, just take this." I'm tired of trying to be normal I'm always over-thinking I'm driving myself crazy So what if I'm fucking crazy?



L’attitude du chien m’arrachait un autre sourire alors que je continuais de le caresser, sa tête calée à présent sur mes genoux. J’écoutais en même temps la réponse de mon sauveur « Enchantée Gus » mais la suite de la phrase arrivait à m’arracher un rire. Je grimaçais à l’attention du chien l’air de dire « oups, j’ai tout fait à l’envers » et je tournais le regard vers le pompier. « Il faut croire que non » Et heureusement parce que si tout le monde fonctionnait comme moi ce monde serait sans doute sans dessus dessous et encore plus bancal qu’il ne l’était déjà.
En le voyant chercher à tâtons quelque chose dans ses poches et en ressortir un butin plus que trempé, j’esquissais une petite grimace. Je ne fumais pas, mais j’imaginais la frustration qu’il ressentait s’il envie de se griller une cigarette. Et si le paquet et le briquet étaient noyés, c’était à cause de moi et de mon jeu débile qui m’avait poussée à sauter à l’eau juste devant lui. Je préférais ne rien dire à ce sujet cependant, l’homme semblait passablement agacé et je n’avais pas envie d’en rajouter. J’étais capable de mettre de l’huile sur le feu sans même m’en rendre compte, il valait mieux parfois que je me taise.

Je me retrouvais à frissonner légèrement, même dans la douceur de l’été, les vêtements humides qui me collaient à la peau me donnaient froid à présent. L’homme reprenait la parole, revenant cette fois sur le sujet de mon « suicide » qui de son point de vu en était un, mais qui du mien ne l’était pas. Je le laissais parler sans l’interrompre. Son ton était redevenu plus calme mais je pensais qu’il n’allait plus s’arrêter alors qu’il s’était lancé dans une succession de compliments. C’était pas vraiment ce que je m’attendais à entendre même si c’était plutôt sympa « Merci pour les compli… » Il venait de me prendre dans ses bras avant même que je termine ma phrase et je me retrouvais les bras ballants sans trop savoir quoi faire, incapable de dire quelque chose ou de réagir. Les yeux écarquillés de surprise, j’avais regardé Gus comme si le chien pouvait me dire quels gestes adopter. « Euh… » J’avais tenté de poser une main dans son dos mais non, c’était trop bizarre. Je n’étais pas très câlin de toute façon, un peu trop sauvage pour ça et ma main retombait mollement alors que je regardais Gus l’air de dire « J’ai essayé ! Ne me regarde pas comme ça ! » Oui oui, je communiquais par le regard avec le chien. Non, je n’invente rien. Enfin presque. Toujours entourée des bras de mon héros « D’ordinaire quand deux personnes se prennent dans les bras, elles connaissent le nom l’une de l’autre non… Mais vous ne fonctionnez pas de la même manière que les autres, non ? » J’esquissais un mouvement de recul, regardant l’homme avec une petite grimace désolée, espérant ne pas le vexer. J’avais repris sa petite plaisanterie pour essayer de faire passer ma prise de distance en douceur et j'esquissais un petit sourire amusé pour faire passer le tout. « Je vous assure que j’ai pas voulu me suicider même si ça en avait tout l’air… » Je voyais bien que ce n'était pas vraiment crédible en tout cas vu de l'extérieur même si c'était pourtant la vérité. J'étais soulagée de ne plus "subir" son étreinte. Ce n’était pas contre lui, loin de là, il m'avait l'air sympathique, gentil et il m'avait accessoirement sauvé la vie, mais je n’avais plus vraiment l’habitude qu’on me couvre d’affection. « Personne ne peut vraiment comprendre… Mais je suis contente que vous m’ayez sauvée ce soir… Et je ne dis pas ça pour vous rassurer… » Je tentais d’un regard de lui faire comprendre que j’étais très sérieuse et très sincère en lui disant tout ça.




©fiche:Mag' & gifs: ukutsu & fashiontheorylove (Tumblr)


Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


MessageSujet: Re: J'me noie dans un verre d'eau, J'me sens mal dans ma peau... [Val]   Mar 30 Juin - 17:13

Ma petite plaisanterie avait réussi à lui arracher un rire. Pas mal ! J'étais fier de moi. Avant de me répondre, la femme sembla en pleine conversation télépathique avec mon bon vieux Gus. Puis elle me confirma qu'elle ne fonctionnait pas comme tout le monde. Je ne fis pas attention à sa grimace quand je sortais mes cigarettes et mon briquet trempés. Au moins, elle ne fit pas de commentaire, c'était déjà ça.

Puis je la vis frissonner. J'avisai ma veste à côté de moi. Ce n'était pas grand chose mais ça pourrait être mieux que rien. Mais je ne la lui passais pas immédiatement, trop occupé que j'étais à parler et à essayer de la rassurer. J'eus envie de rire quand je remarquai dans quelle situation je l'avais mise en la prenant dans mes bras. Elle n'avait pas l'air très habituée à ce genre de démonstration d'affection. Je n'avais pas conscience des regards qu'elle lançait à mon chien comme s'il allait lui répondre « fais-ci » ou « fais-ça »... Si je l'avais vu, j'aurais été mort de rire. Un immense sourire naquit sur mes lèvres lorsqu'elle me renvoya ma plaisanterie. Elle était douée, très douée. « Visiblement, on s'est bien trouvé : deux personnes qui ne fonctionnent pas comme les autres ! Au fait, je m'appelle Valerian. Et vous ? », lui fis-je sans cesser de sourire. Elle se recula et je la laissai s'échapper de mon étreinte. Elle m'assura ensuite que sa tentative de suicide n'en était pas une. Mais qu'est-ce que c'était alors ? Je la fixai, un air interloqué rivé au visage. J'essayai de comprendre. Que voulait-elle bien dire par là ? J'espérai qu'elle m'éclaircisse l'affaire mais non. Selon elle, personne ne pouvait vraiment comprendre ce qui l'animait. « Vous savez, je suis pompier. C'est un peu mon boulot de sauver des gens même quand je ne suis pas en service alors je crois que les mercis sont superflus même si c'est très agréable à entendre. », lui affirmai-je, plus sérieux qu'avant. Tout en parlant, j'avais déposé ma veste sur ses épaules. Ce n'était pas la peine qu'elle attrape la mort juste après l'avoir évitée de justesse.

Je pris une courte pause, je cherchai comment formuler ma question mais rien ne me vint d'autre que : « Qu'est-ce que vous entendez par « j'ai pas voulu me suicider » ? Rassurez-vous, je suis sûr de pouvoir comprendre : apparemment, on est deux cas au niveau relation et logique de vie. Vous pouvez me faire confiance. ». Oh oui, je voulais savoir ce qui lui était passé par la tête. Pourquoi avait-elle fait ce qu'elle avait fait ? Comment peut-on se jeter d'un pont sans que ce ne soit une tentative de suicide ? Tant de questions qui ne pourraient être résolue que par ses réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


MessageSujet: Re: J'me noie dans un verre d'eau, J'me sens mal dans ma peau... [Val]   Mar 30 Juin - 18:48




J'me noie dans un verre d'eau,
J'me sens mal dans ma peau...
Valerian & Amy
There's a war inside my head. Sometimes I wish that I was dead, I'm broken. So I call this therapist And she said, "Girl, you can't be fixed, just take this." I'm tired of trying to be normal I'm always over-thinking I'm driving myself crazy So what if I'm fucking crazy?



Peut être que je devrais me spécialiser dans l’humour. Apparemment, ça marchait bien avec les gens, ça m’évitait de créer des froids ou des blanc et de désarçonner la personne en face de moi. A moins que ça ne marche qu’avec Valerian, puisque tel était le prénom de mon sauveur. « Amy. » L’espace d’un instant je me demandais s’il allait me reprendre dans ses bras puisque maintenant nous avions échangé nos prénoms.  Mais non et heureusement car vraiment, je n’avais pas pour habitude de faire des câlins à tout le monde. Inadaptée sociale ? Complètement !
D’ailleurs quittant le domaine de l’humour, je sentais bien que j’avais laissé Valerian devant une situation qui pouvait le laisser perplexe ou dans le flou. A sa place, je serais sans doute toute aussi perdue, incapable de comprendre qu’on puisse se jeter d’un pont sans vouloir se suicider.
« C'est un beau métier et sauver des vies ne devrait jamais devenir banal... Alors merci. »Après être tombée sur un policier lors de ma dernière « ballade » à moto, j’étais tombée sur un pompier ce soir. Manquait plus que je tombe sur un médecin la prochaine fois et j’allais avoir rencontré les représentants des services les plus importants pour nous, citoyens. Enfin techniquement, je préférais être plus discrète la prochaine fois que je jouerai à me mettre en danger. Ça m’éviterai d’avoir à donner des explications comme je m’apprêtais à le faire maintenant. Toujours aussi délicat, le pompier m’offrait sa veste et je lui adressais un petit sourire reconnaissant. « Merci c’est gentil. »
Gus avait retrouvé sa place près de nous et je gratouillais ça petite bouille toute mignonne alors que Valerian semblait motivé pour essayer de comprendre ce qui se passait dans ma petite tête. Il avait beau dire qu’on avait l’air d’être à part par rapport au commun des mortels, je doutais quand même de sa capacité à cerner exactement mon état d’esprit. « Je n’en suis pas aussi certaine que vous mais soit… »
Je regardais Gus comme si je pouvais trouver l’inspiration pour trouver les bons mots mais c’était le néant total. « Par exemple, si j’avais voulu me suicider, j’aurais eu l’idée de me lester avec quelque chose de lourd, histoire de couler à pic. J’y aurais mis beaucoup plus de formes… » Ok, je suis pas sûre que j’arrangeais mon cas en montrant que je pouvais penser à certains détail pour parfaire ma mort. « Sauf que quand je me met en danger, comme ce soir en sautant du pont, j’y vais avec la conviction que je vais pouvoir survivre à cette épreuve » Sous entendu, j’ai l’habitude de faire ça, non sous-entendu : je suis une fille complètement tarée. La frustration que je ressentais à ne pas pouvoir trouver les mots pour décrire ce que je ressentais se lisait sur mon visage. Je me redressais pour essayer de mieux expliquer le contexte dans lequel je me trouvais. « J’ai besoin de sentir que je suis bien vivante, que j’ai le droit d’être vivante et que si mon heure n’est pas venue plus tôt – et il y en a eu des occasions – c’est parce que ce n’était vraiment pas mon heure… » J’étais devenue étrangement sérieuse après les quelques plaisanterie échangées tout à l’heure. J’avais peut être envie que pour une fois on comprenne ma logique même si on ne l’acceptait pas. « C’est comme renouveler le bail d’un appartement… C’est dire à la mort, vient on va jouer, si tu me prend maintenant c’est que c’était le moment, sinon, c'est que j’ai encore gagné et à la prochaine ma vieille » J’avais bien conscience que mon discours me faisait passer pour une fêlée mais Valerian avait dit qu’il était sûr de pouvoir comprendre. « Toujours aussi sûr de pouvoir comprendre après ça ? »




©fiche:Mag' & gifs: ukutsu & fashiontheorylove (Tumblr)


Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


MessageSujet: Re: J'me noie dans un verre d'eau, J'me sens mal dans ma peau... [Val]   Mar 14 Juil - 21:25

La jeune femme que je venais de sauver s'appelait Amy. Un prénom simple, court, facile à retenir. Je souris quand elle me dit qu'être pompier était un beau métier et que sauver des vies ne devrait jamais devenir banal pourtant, dans mon cas, ça devenait banal même si c'était toujours gratifiant. Je trouvais tout de même ironique toute son attitude : elle sautait d'un pont volontairement et me remerciait de l'avoir sauvée. C'était illogique mais je n'allais pas le lui faire remarquer. De plus, quelque chose me disait qu'elle en conscience.

Je la regardais s'occuper de Gus, lui gratter la tête. J'écoutais attentivement ce qu'elle me dit car j'étais persuadé que son explication serait compliquée. Mais non. C'était on ne peut plus simple : elle était complètement fêlée et suicidaire. Elle se mettait volontairement en danger, elle jouait avec la mort. Elle avait l'air frustré mais je ne savais pas vraiment pourquoi. Elle s'évertua à m'expliquer le pourquoi du comment elle avait sauté de ce pont mais, désormais, j'étais un peu moins attentif. J'étais sûr d'avoir compris où elle voulait en venir. Quand elle posa une dernière question, je me tournais vers elle et lui dit : « Si j'ai bien compris, vous êtes le genre de nana à jouer à la roulette russe. Vous ne tentez pas de vous suicider, même si, dans l'hypothèse où vous mourriez dans  l'un de vos jeux, votre décès sera affilié à un suicide, mais vous tentez de légitimer votre vie. ». Je grattai distraitement ma courte barbe et continuai : « Je ne suis pas le genre « pro-vie » mais je crois que vous devriez faire attention à la vôtre, ne pas vous mettre constamment en danger... D'un autre côté, si vous n'aviez pas sauté, je n'aurais pas pu être votre héros d'un soir. Je n'ai pas le cran de me mettre en danger ainsi. Je me suis déjà mis en danger, j'ai déjà vu la mort de près mais c'était essayer de sauver quelqu'un. Je suis sûr qu'un jour vous trouverez une raison pour vivre, pour avoir le droit de vivre. Car vous l'avez. Nous avons tous le droit de vivre... Malheureusement, nous n'avons tous le droit de vivre comme nous l'entendons. ». Je devins soudainement triste. Je repensais à mes petits problèmes d'identité pendant deux petites secondes avant de caresser mon bon vieux Gus et de sourire à Amy.

Honnêtement, même si elle m'avait expliqué pourquoi elle faisait ce qu'elle faisait, je n'y comprenais rien et j'avais plus l'impression d'avoir une tarée en face de moi mais bon. D'un autre côté, j'aurais aimé jouer, moi aussi, avec le feu en compagnie de la brunette. C'était une idée bien étrange mais elle faisait son chemin dans mon esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


MessageSujet: Re: J'me noie dans un verre d'eau, J'me sens mal dans ma peau... [Val]   Mer 15 Juil - 19:48




J'me noie dans un verre d'eau,
J'me sens mal dans ma peau...
Valerian & Amy
There's a war inside my head. Sometimes I wish that I was dead, I'm broken. So I call this therapist And she said, "Girl, you can't be fixed, just take this." I'm tired of trying to be normal I'm always over-thinking I'm driving myself crazy So what if I'm fucking crazy?



Je voyais bien dans son regard qu’il me prenait pour une folle. Au mieux pour une nana pas très nette, au pire pour une cinglée qu’on devrait faire enfermer. Et cette impression fut renforcée quand il reformula toute mon histoire, ma façon de voir les choses et forcément, vu comme ça, je faisais vraiment folle à lier. J’avais tiqué quand il avait évoqué la roulette russe parce que c’était là que tout avait réellement commencé. Avant ça, si j’avais frôlé la mort c’était par accident ou imprudence mais jamais de façon volontaire. « Je me fiche de savoir ce que les gens penseront. Si je dois mourir, c’est que c’était le moment, que le bail avait assez duré » Je m’entendais parler et je savais que ça n’arrangeait pas mes affaires et que je devais passer encore plus pour une tarée si c’était encore possible.
Il reprenait la parole et j’entendais bien ses conseils mais je savais que je finirai par ressentir le besoin de vérifier à nouveau que j’avais le droit de vivre. Ça pourrait arriver dans quelques semaines comme quelques mois, il n’y avait pas de règles pour ça. Val avait beau dire que j’avais le droit de vivre, je ne me sentais pas toujours légitime dans mon droit à respirer et à évoluer sur cette planète. Sa dernière phrase semblait ne pas concerner que moi par contre et j’avais vu une ombre passer sur son visage. « Je comprend ce que vous essayez de me dire mais il y a toujours un moment où je me demande si le fait que je sois en vie n’est pas une erreur. Pas que je ne veuille pas vivre, bien au contraire, si vous saviez les combats que j’ai parfois mené pour vivre. Mais comme si j’avais déséquilibré une balance et que d’autres étaient morts à ma place » je parlais de mes parents, de mon frère. J’avais l’impression d’avoir échappé à la mort, lors de l’incendie alors que je n’aurais pas du. Mais j’étais aussi une battante, j’avais vaincu un cancer incurable, où on me donnait 6 mois à vivre. J’étais un paradoxe à moi toute seule et je comprenais qu’on puisse me traiter de folle et ne pas me comprendre.
« Merci en tout cas de m’avoir sauvé. Je vous ai mis en danger et j’aurais préféré que ça n’arrive pas… Même si je n’aurais pas pu rencontrer Gus et ça aurait été dommage » Je grattais la petite tête du chien avant d’adresser un sourire taquin à Val « Bon et vous aussi bien sûr » Je plaisantais totalement. Ce n’était pas le genre de circonstances idéales pour rencontrer quelqu’un mais j’étais contente d’avoir croisé Valerian ce soir. Même si j’avais failli y laisser ma peau. « Pourquoi est-ce que vous avez dit qu’on avait pas le droit de vivre comme on le voulait ? » J’étais curieuse mais cette phrase était restée dans ma tête, m’intriguant au plus au point.




©fiche:Mag' & gifs: ukutsu & fashiontheorylove (Tumblr)


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: J'me noie dans un verre d'eau, J'me sens mal dans ma peau... [Val]   

Revenir en haut Aller en bas
 
J'me noie dans un verre d'eau, J'me sens mal dans ma peau... [Val]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quoi de mieux que de noyer son chagrin dans un verre de whisky?[Valentin]
» Il y a erreur sur la personne…| Eric Dearbrone
» [X] Aphrodisiac. [Max] [X]
» LES VERRERIES DE TIFFANY
» Elwin ~Une fois, j'ai failli me noyer dans un verre d'eau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BAD IN LOVE :: Bad In Love vous dit au revoir ! :: à récupérer :: RPs terminés-