RSS
RSS



 

Partagez | 
 

 ne cherches pas à connaître mes blessures. ∆ KAILI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



Invité


MessageSujet: ne cherches pas à connaître mes blessures. ∆ KAILI   Jeu 9 Juil - 22:09

Ne cherche pas à connaître mes blessures.
kaili & audric
19H30. Je sortais du tribunal, un grand sourire aux lèvres grâce au procès que je venais de gagner. Une affaire de meurtre, un mec qu’on accusait d’avoir tué son petit copain. J’avais réussi à prouver son innocence, du moins j’avais tout faire pour qu’on y croit. Au fond, je me doutais bien qu’il avait probablement tué son mec, mais je m’en foutais du moment que je gagnais mon procès et que j’étais payé comme il se doit. Je n’avais aucun remord de laisser un potentiel meurtrier en liberté, nous avons chacun nos démons et je ne crois pas que nous vivons dans le monde des bisounours. Je ne faisais pas avocat dans le but de défendre la veuve et l’orphelin, je faisais ce métier pour défendre au mieux mon client peu importe qu’il soit coupable ou innocent, je n’en avais strictement rien à faire. Tout ce qui m’importait, c’était que je venais de remporter une nouvelle affaire. Il fallait que je fête ça, mais je ne savais pas où ni avec qui. Enfin si, je savais avec qui je voulais être ce soir : Kaili. Sans vraiment savoir pourquoi, elle était plusieurs fois venue semer le trouble dans mes pensées aujourd’hui. Peut-être était-ce un signe pour me dire que je devais aller la voir ? Coucher avec elle était sûrement le bon moyen pour la chasser de mon esprit, elle n’avait rien à y faire. Oui, j’allais aller la voir, mais avant je devais prendre à manger. Après avoir récupéré deux menus chinois, je montais dans ma BMW et me dirigeais tout droit vers la maison de Kaili. Une fois arrivé, je sortais de la voiture et sonnais à la porte. Elle ouvrit et je lui fis mon sourire le plus séducteur tout en montrant le sachet d’où émanait l’odeur délicieuse du bœuf pimenté. « Je sais que tu rêvais de moi et accessoirement d’un repas chinois du coup j’ai décidé de faire de tes désires une réalité. » Je m’approchais d’elle et déposais un baiser sur son épaule avant d’entrer de mon plein grès sans même lui demander la permission. « Je t’ai manqué ? »
© flappy bird.
Revenir en haut Aller en bas

avatar



J'ai envoyé : 90 râteaux. Je suis par ici depuis le : 03/07/2015


MessageSujet: Re: ne cherches pas à connaître mes blessures. ∆ KAILI   Jeu 9 Juil - 22:56

Ce jour-là, j'avais fermé le salon de thé à 18h30 pour n'en partir qu'une demie-heure plus tard une fois la caisse faite et diverses petites tâches effectuées comme la liste de course pour demain, etc.
Sur le chemin du retour, comme durant toute la journée, une personne occupa mes pensées. Audric. En fait, il occupait la majorité de mes pensées. Je n'étais pas vraiment amoureuse de lui mais j'avais complètement craqué sur lui. Nous avions commencé par coucher ensemble une première fois -qui devait être une fois unique- mais nous ne nous étions pas arrêtés là. Plusieurs nuits suivirent la première jusqu'à ce que je cherche à le comprendre. Je savais qu'Audric avait beaucoup à donner et n'était pas l'homme qu'il paraissait être. Oui, il occupait une place particulière dans mon cœur. Après tout, il était aussi l'un des rares hommes avec lesquels je couchais. Depuis que j'étais partie des Etats-Unis, je n'avais pas éprouvé le besoin d'avoir de rapports sexuels avec un homme sauf en de rares occasions. En deux ans, je n'avais connu que trois hommes autres que l'avocat.

Quand on sonna à la porte, mon cœur fit un bond. Je me hâtais même si je n'attendais personne. Un immense sourire illumina mon visage quand je vis le beau brun sur le pas de la porte. Il était toujours aussi charmeur. Ce qu'il me dit fut subitement balayai par ses lèvres sur mon épaule. Cette délicieuse sensation me fit trembler de désir et d'envie. Il entra avant même que j'ai pu lui dire « Bonsoir » et me demanda s'il m'avait manqué. Je ne savais que répondre. Etre honnête et lui dire qu'il me manquait la plupart du temps signifierait que j'étais totalement dépendante à lui mais lui mentir ne serait pas correct... Je fermai la porte en pesant mes alternatives. L'honnêteté... Je n'avais aucune autre arme mais j'arrangeai un peu mes mots.

« Eh bien... Oui, tu m'as manqué... Et merci pour le repas chinois. Je n'avais pas envie de manger seule ce soir. », dis-je avant d'aller déposer un bref baiser sur sa joue.

Mes yeux se baissèrent sur mon épaule. Son baiser semblait avoir laisser une marque brûlante sur elle. J'aimais sentir ses lèvres sur mon corps, c'était l'une des meilleures sensations que je connaissais.
Je le pris par la main et l'emmenais à la cuisine pour entamer ce repas. En réalité, il n'avait pas besoin que je le conduise : il connaissait déjà le chemin. Ce n'était pas la première fois qu'il venait chez moi (et je ne voulais surtout pas que ce soit la dernière), c'était une fois chez l'un, une fois chez l'autre.

« Qu'est-ce que je peux te servir à boire ? », lui demandai-je dès que nous fûmes dans la cuisine et que j'eus lâché sa main.

Même si j'étais folle d'Audric, je n'étais pas vraiment à l'aise dans notre relation. Au final, qu'étions-nous l'un pour l'autre ? Comme d'habitude, j'avais peur de le faire fuir si je n'agissais pas comme il le souhaitait alors je le laissais prendre la grande majorité des initiatives. Par exemple : j'aurais voulu l'embrasser à pleine bouche mais je n'osais pas. Pour lui, la situation semblait plus clair mais pour moi, ce n'était qu'un immense sac de nœuds. A mes yeux, ce sac de nœuds restait un problème mineur alors je ne bronchais pas et me laissais faire par le magnifique brun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité


MessageSujet: Re: ne cherches pas à connaître mes blessures. ∆ KAILI   Ven 10 Juil - 20:27

Ne cherche pas à connaître mes blessures.
kaili & audric
Je lui avais manqué ? C’était bon à savoir, cela signifiait que j’avais un certain pouvoir sur elle et j’aimais avoir ce genre de pouvoir sur les femmes, d’autant plus quand il s’agissait de Kaili. « Je vais finir par croire que tu es accro à moi. » N’était-ce pas déjà le cas ? Au départ, ce n’était l’histoire que d’une nuit entre elle et moi. Une chose en entrainant une autre, nous avions décidé de répéter la chose plusieurs fois jusque cela devienne une habitude. Oui, nous avions l’habitude de nous voir et chacune de nos soirées – ou de nos après-midis – finissait généralement de manière sexuelle. Elle n’était pas comme les autres, du moins je la trouvais différente de toutes les filles que j’avais connues et dieu que la liste était longue. Mais je trouvais Kaili unique en son genre, elle avait ce petit côté exotique qui me rendait fou. Je la désirais d’une manière différente, je la désirais plus fort que toutes les autres et je détestais ça. « Un verre de vin ne serait pas de refus. » Je ne pouvais détacher mon regard d’elle, elle était sublime et ses courbes étaient parfaites. Bon dieu que j’avais envie d’elle. Je voulais la plaquer contre le frigo et lui faire l’amour, là, tout de suite. Je m’approchais d’elle et posais mes mains sur ses hanches tout en appuyant mon bassin contre ses fesses. Je m’approchais de son oreille. « Tu es exquise… » Mes lèvres se posèrent sur sa nuque pour y déposer quelques baisers. Je sentais le désire monter en moi comme un feu d’artifice, mais je ne voulais pas précipiter les choses. C’est pourquoi je me reculais et m’installer à table afin d’entamer mon bœuf pimenté. J’avais terriblement envie d’elle, mais je voulais prendre mon temps et, surtout, je voulais la rendre folle. Ce n’était pas nouveau, j’étais un grand joueur, j’étais le chat et elle était la souris. Je dominais de loin la partie. « Ta journée s’est bien passée ? »
© flappy bird.
Revenir en haut Aller en bas

avatar



J'ai envoyé : 90 râteaux. Je suis par ici depuis le : 03/07/2015


MessageSujet: Re: ne cherches pas à connaître mes blessures. ∆ KAILI   Sam 11 Juil - 11:34

Je manquais de rougir quand il me dit qu'il allait finir par croire que j'étais accro à lui. Non, je n'étais pas accro à lui. Mais... Pourquoi aurais-je failli rougir dans ce cas ? Je n'étais pas encore tout à fait accro à lui mais pas loin de le devenir. J'aimais les hommes avec une allure de gentil garçon et un comportement de mâle dominant. J'avais toujours eu besoin de me sentir dominée par mes petits-amis jusqu'à ce qu'ils fassent l'impardonnable. Je priais pour qu'Audric et moi ayons une relation autre que purement sexuelle. Je commençais à vraiment l'aimer et je savais qu'il y avait plus à aimer en lui que son apparence de golden boy imbuvable. Il me faisait rêver à autre chose, à retrouver l'amour pourtant il n'y croyait pas lui-même, il me l'avait dit plusieurs fois.

A ma question sur ce qu'il voulait boire, il me répondit un verre de vin. Je ne buvais pas, ou plutôt très rarement, il devait le savoir mais j'avais toujours une bouteille de vin dans le frigo en prévision d'une de ses visites à l'improviste. Je me dirigeai vers le frigo quand je sentis ses mains sur mes hanches et un frisson me remonter l'échine. Quand il me touchait, j'avais toujours l'impression d'être la petite Kaili de 14 qui ne connaissais rien aux garçons et découvrait l'amour avec celui qui serait le père de mon fils -que j'avais fait adopter. J'étais si naïve, si innocente. Je n'imaginais pas que le monde puisse continuer à me blesser autant. Alors qu'il collait son bassin contre mes fesses, je me dis que mon short était vraiment très très petit, je me sentais comme nue devant lui, même si je ne l'étais pas. Son commentaire me fit sourire et me sentir faible. Les baisers sur ma nuque n'aidèrent en rien. Maintenant, j'avais envie de lui et il se détachait de moi pour se mettre à table. Je pris la bouteille de vin non-ouverte et un tire-bouchon que je posais à côté d'Audric, sur la table. Il savait que j'étais incapable d'ouvrir une bouteille de vin alors je le laissais faire à chaque fois. Il m'avait mise dans un tel état que je n'avais pas osé prendre les verres en même temps de peur de les faire tomber. Je revins avec un verre à pied et un verre d'eau pour moi. Quand je m'installai enfin, il me demanda comment s'était passé ma journée. « Coussi-coussa... Ce n'était pas la meilleure des journées mais ce n'était pas la pire : un client a essayé de me tripoter les fesses pendant que je le servais mais j'ai réussi à le maîtriser. Tu as vraiment égayé ma journée, tu sais. Et toi ? », lui demandais-je en ouvrant la boite de bœuf pimenté qu'il m'avait pris. On pouvait reprocher beaucoup de chose à l'avocat mais pas de ne pas connaître mes goûts en matière de nourriture. J'adorais tout ce qui était épicé. Je pris une bouché de mon repas. Délicieux. Je me redressais un peu, me penchais au-dessus de la table et déposai un bref baiser sur ses lèvres. « Merci encore pour le repas. », fis-je en me rasseyant. Je repris mon dîner, sans dire un mot de plus mais en ne cessant de jeter des petits coups d'oeil à celui qui me rendait folle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité


MessageSujet: Re: ne cherches pas à connaître mes blessures. ∆ KAILI   Sam 11 Juil - 16:02


Elle déposa la bouteille de vin sous mes yeux que j’ouvris d’une main experte. Je savais qu’elle avait du mal avec les bouteilles de vin tout comme je savais qu’elle n’en buvait que très rarement. J’avais même commencé à croire qu’elle gardait une bouteille juste pour moi, mais je préférais ne pas croire à cela car, au fond, cela voudrait dire qu’elle s’attachait à moi. Je me servis un verre et bu une gorgée, le vin était délicieux, c’était un rosé comme je les aimais tant. Elle me connaissait bien. Je ne voulais pas qu’elle s’attache à moi et encore moins qu’elle m’aime. Venant d’une autre, ça me serait complètement égal, mais Kaili n’était pas n’importe qui. Sans vraiment savoir pourquoi, je ne voulais pas lui faire du mal, je ne voulais pas qu’elle souffre car j’étais un handicapé des sentiments. Je lui avais fait clairement comprendre que je ne croyais pas en l’amour et que les relations sérieuses n’étaient pas faites pour moi.

Le bœuf pimenté était un véritable délice et chaque bouchée émoustillait mes papilles. La nourriture chinoise était l’une de mes préférés, surtout quand elle était épicée, un point que j’avais en commun avec la jolie brune assise en face de moi. Je n’étais ni un sentimental, ni même un grand romantique, pourtant j’avais tenu à lui faire plaisir ce soir-là en lui prenant un repas qui, je le savais, allait lui plaire. Ma mâchoire se crispa quand elle me raconta qu’un type avait essayé de la tripoter. Etait-ce une marque de jalousie ? Peut-être bien. L’idée de l’imaginer avec un autre homme que moi me contrariait au plus haut point et pourtant, j’étais mal placé pour jouer les jaloux alors que j’avais bien stipulé que notre relation n’irait jamais plus loin que du sexe. « J’ai défendu un meurtrier au tribunal cet après-midi, toutes les preuves étaient contre lui et, pourtant, j’ai réussir à faire lever les charges et à lui offrir la liberté sur un plateau d’argent. Si tu avais vu la tête de l’avocat de la partie civile… J’ai cru qu’il allait s’étouffer de rage. » J’évitais soigneusement de lui avouer que j’avais passé une grande partie de la journée à penser à elle, je ne voulais pas qu’elle s’imagine quoique ce soit, ou bien était-ce moi qui avait peur de la tournure que pouvait prendre les choses entre nous ? De toutes façons, c’était impossible entre elle et moi. J’étais la pire des pourritures et elle était adorable, je ne comprenais même pas comment elle pouvait se montrer aussi douce avec moi. D’ailleurs, elle se pencha et déposa ses lèvres sur les miennes avant de me remercier. Je ne pu m’empêcher de sourire et de la dévorer du regard. « Si tu veux vraiment me remercier, j’ai bien une petite idée de ce que tu pourrais faire… » Le sexe, encore et toujours tout ramener au sexe. Je terminais mon bœuf pimenté ainsi que mon verre de vin. Je n’avais pas pris la peine de prendre des desserts, j’estimais que, ce soir, ce serait elle mon dessert. Je me levais et me plaçais derrière elle afin de la laisser terminer son repas. Mes mains caressant ses épaules, je l’embrassais à nouveau dans le cou, mordillant sa peau par ci par là, faisant sillonner ma langue jusqu’au lobe de son oreille que je pris entre mes dents. « Tu m’as manqué… » Bordel. Qu’est-ce qui me prenait de lui dire ça ? Ces mots m’avaient échappé, il était trop tard pour revenir sur mes propos, d’autant plus que c’était la stricte vérité. Elle m’avait manqué.
Revenir en haut Aller en bas

avatar



J'ai envoyé : 90 râteaux. Je suis par ici depuis le : 03/07/2015


MessageSujet: Re: ne cherches pas à connaître mes blessures. ∆ KAILI   Sam 11 Juil - 17:25

Il « tiqua » quand je lui parlais du pervers de cette après-midi. Devenait-il jaloux ou protecteur envers moi ? Visiblement, je n'étais pas la seule à ne plus réussir à tenir notre engagement d'une relation purement sexuelle. Ce n'était pas pour me déplaire : j'avais besoin de plus, j'avais besoin de tendresse, d'une vraie relation de couple et j'aurais aimé vivre ça avec le brun. Puis il me raconta sa journée. Ce n'était pas très étonnant qu'il ai gagné son procès : il était très doué dans son boulot.
Après que je l'eus embrassé, il se mit à sourire et me dis qu'il avait une idée de ce que je pouvais faire pour le remercier. Je savais très bien qu'il parlait de sexe et j'étais un peu déçue. J'aspirai à autre chose, pas seulement à le voir pour coucher avec lui mais bon, c'était le contrat et si c'était la seule option pour le voir, je m'y plierai. Très vite, il termina son bœuf pimenté alors que j'avais à peine mangé la moitié du mien. Il se leva et vint se mettre derrière moi pour me caresser. Ce n'était certainement pas comme ça que j'allais manger plus vite. Les caresses étaient assez gérables et ne me ralentissaient pas vraiment mais ses baisers eux semblaient être brûlants et laisser une traînée de feu sur ma peau. Je devais trouver une façon de manger un peu plus vite afin qu'Audric arrête de me mettre au supplice de ses lèvres douces, si tentantes.
Plus qu'un quart de bœuf pimenté.
Il me mordilla le lobe d'oreille avant de m'avouer que je lui avais manqué. Pardon ? C'était bien la première fois qu'il me fit part de ses émotions, de ses sentiments pour moi. Quand il parlait de ses émotions c'était plutôt des émotions moqueurs, rien à voir avec de l'amour ou de l'amitié. Au moins, maintenant, je savais qu'il avait plus en lui qu'un cœur sans amour ni émotion.Il s'était attaché à moi. Il allait être content. Une simple petite phrase comme ça avait plus d'effet dans sa bouche que n'importe quel autre mot doux. Un « tu m'as manqué » dans la bouche du bel avocat avait un petit goût de « Je t'aime ». Au diable le reste de bœuf !

Je me relevai, passai mes bras autour de son cou tout en me collant à lui. Je l'embrassai à nouveau puis lui dis sur un ton des plus sérieux : « Audric, fais moi l'amour... Où tu veux, comme tu veux... Tout ce que je veux c'est toi. ». Maintenant, je n'avais plus qu'à prier pour qu'il ne se moque pas de moi, ça serait dur. Même si lui n'était pas sincère, je comptais rester honnête jusqu'au bout. Mon cœur battait la chamade. Je lui avais laissé carte blanche mais je me demandai ce qu'il choisirait. J'avais toujours été la dominée du couple et ça ne changeait pas. J'aimais me laisser faire, c'était un fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité


MessageSujet: Re: ne cherches pas à connaître mes blessures. ∆ KAILI   Sam 11 Juil - 17:55


Elle se releva, passa ses bras autour de mon cou tout en collant son corps contre le mien et m’embrassa. Ses lèvres étaient douces et j’adorais ses baisers à tel point que je ne pouvais pas m’en lasser. J’aimais sentir son corps contre le mien, le parfum de ses cheveux, je la désirais plus que quiconque et c’était bien là mon problème. En peu de temps, Kaili avait réussi à évincer toutes les filles avec qui je couchais. Elle était la seule que je désirais autant, la seule qui pouvait me faire autant d’effet. Je n’avais jamais rencontré quelqu’un comme elle jusqu’à présent et je détestais ce sentiment. Au fond, je savais bien qu’elle ne me laissait pas indifférent et ça me rendait malade d’un côté. Je ne voulais pas m’attacher, je voulais encore moins tomber amoureux. J’avais fondé ma vie sur un seul et même principe : ne jamais m’attacher. Elle bousculait tous mes idéaux, elle faisait voler en éclat mes valeurs et elle s’imposait dans mon esprit alors que je ne voulais pas d’elle ni dans ma tête, ni dans mon cœur. Quand elle me demanda de lui faire l’amour, mon corps se raidit aussitôt. Avais-je bien entendu ? Elle voulait que je lui fasse l’amour ? C’était bien la première fois qu’elle me disait ça et de façon aussi sérieuse qui plus est. D’habitude je me contentais de la baiser, oui, c’était le terme aussi cru soit-il. Jamais je n’avais pensé à lui faire l’amour, je n’avais même jamais fait l’amour à qui que ce soit. Je ne faisais pas l’amour, je ne savais pas comment faire. Je la regardais, complètement perdu face à cette demande si soudaine et inattendue. Elle m’en demandait trop, elle m’en demandait beaucoup trop même. « D’accord. » Etait-ce bien moi qui venais de prononcer ces paroles ? Je venais vraiment de lui dire que j’acceptais de lui faire l’amour ? Mon cœur et mon esprit se battaient en duel à cet instant. J’avais beau être contre cette idée de lui faire l’amour, au fond j’en mourrais d’envie sans vraiment savoir où est-ce que cela nous mènerait elle et moi.

Le connard qui voulait juste la sauter me disait de le faire là, sur la table de la cuisine, mais si je devais lui faire l’amour, je voulais faire les choses bien. Ni une ni deux, je la pris dans mes bras et l’emmena jusqu’à sa chambre que je connaissais si bien depuis maintenant un moment. Je la déposais sur le lit avant de plonger mon regard dans le sien tout en déboutonnant ma chemise que je laissais tomber sur à même le sol. Elle était tellement belle. Mieux encore : elle était mienne. Je me plaçais au-dessus d’elle et l’embrassais fougueusement, jouant avec le bout de sa langue. C’était bon, tellement bon. Habituellement, je lui aurais arraché tous ses vêtements, mais les choses étaient différentes ce soir. Je pris soin de retirer chaque morceau de tissu avec délicatesse, interrompant mes gestes de temps à autre pour l’embrasser. Une fois ma tâche accomplie, je pris quelques secondes pour admirer son corps nu. Elle était divine, elle me fascinait. J’embrassais son nombril et déposais de petits baisers jusqu’à sa poitrine. « Tu es parfaite. » Oh oui, elle l’était.
Revenir en haut Aller en bas

avatar



J'ai envoyé : 90 râteaux. Je suis par ici depuis le : 03/07/2015


MessageSujet: Re: ne cherches pas à connaître mes blessures. ∆ KAILI   Dim 12 Juil - 8:57

Je ne m'étais pas rendue compte de l'effort que je demandai au jeune homme. Néanmoins, je pris conscience de son étonnement quand il se raidit puis il me sembla voir une expression tout à fait inédite dans ses yeux : il n'y avait plus d'excès de confiance, plus de fanfaronnades, juste un homme un peu perdu et sincère. Il me prit dans ses bras et m'emmena jusqu'à la chambre. Il avait l'habitude de venir ici. De mon côté, j'étais agréablement surprise, j'aurais pensé qu'il l'aurait fait directement dans la cuisine.

Il me posa sur le lit et ôta sa chemise. Bientôt, il fut sur moi et je me mis à caresser son dos, sa peau chaude tandis qu'il m'embrassait avec fougue. Puis il me déshabilla et je compris que les choses étaient vraiment différentes ce soir. Il fut délicat avec moi, il contrôlait ses pulsions. Je me demandais même s'il y n'avait pas autre chose derrière tout ça. J'espérais qu'il ai enfin renoncé à sa pensée sur l'amour et en ai envie avec moi.  Oui, je rêvais d'être en couple avec lui, je rêvais d'être la seule et unique pour lui ; lui était déjà le seul dans ma vie mais il avait tellement de plans culs que je savais que j'en étais parmi tant d'autre. Toutefois, je ne perdais pas espoir d'avoir une place particulière dans son cœur. Mon débardeur, mon short, mon soutien-gorge et ma petite culotte allèrent rejoindre la chemise d'Audric. Ses yeux se posèrent sur moi, je savais qu'il me jaugeait.

Quand il m'embrassa le nombril, je me cambrai et me mis à frissonner. Ses lèvres remontèrent jusqu'à ma poitrine, imprimant en moi un profond désir pour le brun. Les trois qu'il dit ensuite ne furent pas ceux que j'aurais voulu entendre mais ils étaient quand même agréable à l'oreille. Je ne répondis pas, mes sens étaient beaucoup trop troublés pour que je puis réfléchir à une phrase autre que « merci ». Je posai ma main sur sa nuque pour le rapprocher de moi et l'embrasser encore en laissant ma langue jouer avec la sienne. Pendant ce temps, ma main quitta sa nuque pour glisser lentement et silencieusement le long de son torse puis je déboutonnai son pantalon et glissai la main dans son sous-vêtement mais pas pour caresser son sexe mais plutôt pour caresser ses fesses. Ce n'était pas parce que je n'avais pas apprécié que le pervers de cette après-midi avait essayer de me passer une main aux fesses que je n'aimais pas ça ou que je n'aimais pas le faire à un autre. Honnêtement, j'adorais les fesses de mon petit avocat sexy alors je ne ratais pas une occasion de toucher son joli petit derrière. J'étais assez chaste et discrète mais je n'étais pas un ange, j'avais mes failles.
Lorsque enfin, je pu rassembler mes idées et en faire une phrase, je n'hésitais pas deux secondes avant de parler. « Et toi, tu es le meilleur... »... Le meilleur de tout ceux que j'avais eu et pas seulement sur le plan sexuel. Je savais qu'il avait beaucoup plus à offrir que tous mes anciens petits-amis et que mon fiancé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ne cherches pas à connaître mes blessures. ∆ KAILI   

Revenir en haut Aller en bas
 
ne cherches pas à connaître mes blessures. ∆ KAILI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nouvelle table des blessures pour les héros
» 1x03 : "Soigner ses blessures"
» Et comment Evan se fit connaître
» Tu me cherches, toi ? [Eris's links]
» Sondage BLESSURES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BAD IN LOVE :: Bad In Love vous dit au revoir ! :: à récupérer :: RPs terminés-