RSS
RSS



 

Partagez | 
 

 You're never fully dressed without a smile - Angela

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



Invité


MessageSujet: You're never fully dressed without a smile - Angela   Sam 15 Aoû - 15:14

Angela Rose S-Bartlett
You're where you need to be, just take a deep breath.





Salut! Moi, c'est ANGELA ROSE SOONG-BARTLETT. Je suis né(e) le 31/12/1979 à Perth en Écosse et j'ai donc 35 ans. J'ai une préférence pour LES GARÇONS et je suis aide soignante en hospice.  Je suis actuellement CÉLIB. Sinon, on dit de moi que je suis souriante, douce, protectrice, sensible, acharnée du travail et que j'ai trop tendance à me renfermer sur moi-même quand ça ne va pas mais bon, ça m'importe peu. A part ça, mes gifs viennent de CRÉDIT et on dit que je ressemble beaucoup à Lana Parrilla.  Oh! Et je fais partie des I can't make you love me, hésitation entre le cœur brisé et la timide..
Ma personnalité :

Parler de moi n'est pas ce que je sais faire de mieux, mais on dit avant tout que je suis une personne simple, et bon vivant, qui ne se prend pas la tête.
A tes yeux je peux paraître souvent très calme, presque timide, mais je sais que lorsque l'on se parle ne serait-ce que quelques minutes, tu découvriras en moi une personne agréable et amicale. Lorsque l'on me connaît bien il m'arrive d'être très bout-en-train, et de toujours chercher à plaisanter. J'ai un bon sens de l'humour, mais je sais aussi très bien me contenir et je ne prends jamais quelque chose à la légère, car je sais différencier les différents degrés.
Si il y a bien quelque chose de caractéristique chez moi, c'est mon sourire. Je ne le quitte presque jamais lorsque je suis en présence d'autres individus car j'aime paraître rayonnante à leur égard. On dit même parfois de moi que je suis la source de bonne humeur de l'hospice dans lequel je travaille. D'ailleurs, parlons-en. Envers mes patients, je fais preuve d'une assurance et d'une douceur sans pareilles. Je suis très assidue, et toujours là lorsqu'on a besoin de moi. J'essaye toujours de les contaminer de ma bonne humeur, et leur sourire est ce qu'il y a de plus beau pour moi après mon intervention auprès d'eux. Lorsque leur heure est malheureusement venue et que je les aide à passer l'arme à gauche, je suis douée pour les rassurer et je leur rend ce passage moins dur et moins douloureux que ce qu'il aurait pu être. Même si, lorsque je me suis attachée à l'un d'eux, il m'arrive de verser quelques larmes. Mais malheureusement, il s'agit de la dure réalité de l'endroit dans lequel je bosse. L'hospice est fait pour ça.
Mis à part ces choses là, je suis quelqu'un d'extrêmement protectrice. Il ne vaut mieux pas pour toi que tu t'en prenne à une personne à laquelle je tiens, autrement tu auras à faire à moi. Avant de me lancer dans la médecine, j'étais tout d'abord dans la police, alors les coups ça me connaît, je peux frapper sans problème.
Passons à une chose un peu plus négative, maintenant : Je suis dotée d'une fragilité mentale très prononcée. Je suis très sensible, et je suis le genre de femme à pleurer pour n'importe quoi. Même un chaton qui miaule ça me fait pleurer, allez savoir pourquoi. Néanmoins, lorsque mon passé refait surface et que je suis assaillie de coups de blues, je me renferme sur moi même car je déteste par dessus tout montrer mes faiblesses au monde. Alors quand je craque et que je ne peux plus me retenir, soit je suis chez moi et tout va bien car personne n'est là pour y assister, soit je m'enferme dans mon bureau, si je suis au travail. Je souhaite paraître forte et battante aux yeux des autres, alors je ne veux pas qu'ils me voient dans cet état de faiblesse. Parler de mes soucis n'est pas quelque chose que je sais faire ou que j'ai appris à faire, alors je laisse aller, m'enfermant dans une solitude momentanée.
En quelques mots, pour résumer, je suis une femme souriante et attachante. Douce et serviable, je suis souvent appréciée de mon entourage qui me qualifie comme "adorable", mais malheureusement, je cache une plaie sensible au plus profond de mon être.

Les choses à savoir :

En dehors du travail, j'aime par dessus tout passer du temps devant ma console de jeux. Une peu geek sur les bords malgré mon âge, je ne fais pourtant pas que ça et monte régulièrement à cheval. J'en possède quatre, étant tous en pension dans un centre équestre étant donné que j'habite dans un loft, et non dans une maison pourvue d'un grand terrain. Je veille à toujours passer les voir lorsque j'ai le temps, afin de ne pas les délaisser.
Lorsque j'étais plus jeune, je faisais un peu de basse et il m'arrive parfois d'en refaire, lorsque je m'ennuie ou que j'en ai simplement envie. Je ne suis pas très douée, mais je me débrouille.
Si il y a bien quelqu'un qui m'accompagne tous les jours au travail, et que je qualifie même de coéquipier, c'est Charly. Errant tout d'abord en liberté autour de l'hospice, ce chat de gouttière a été recueilli par les infirmiers avant mon arrivée et avait pour habitude d'aller se coucher sur le lit d'un patient qui devait mourir dans les heures à suivre. Alors lorsqu'il se met à miauler devant une porte pour rentrer et se lover dans la couverture du patient, je suis appelée pour assister ce dernier.
J'aime beaucoup boire un verre de whisky de temps en temps, mon préféré restant le Glenfiddich. Cependant, je ne fume pas, et ne boit pas non plus régulièrement.
Je tiens à ma voiture comme à la prunelle de mes yeux, et j'aime parfois aller faire des tours sans réellement d'intérêt. Rien que pour le plaisir de la conduire.
J'adore les enfants, et même si je n'en ai jamais eu, je fais preuve d'un instinct maternel très développé.
Je prends très régulièrement des nouvelles de ma famille, restée en Écosse. Maintenant que je suis à Londres, je vais aussi leur rendre parfois visite.
J'ai très récemment subi un grave accident de voiture m'ayant cause une cicatrice au niveau du thorax, et je dois régulièrement passer des examens afin de vérifier si tout va bien. Mais il m'arrive très souvent d'avoir mal, et je dois parfois cesser mes activités et aller m'allonger pour que cela cesse.

Petites anecdotes en plus :

J'ai une plume tatouée sur le poignet droit, mais aussi une petite cicatrice sur la lèvre supérieure au niveau de l'arc de cupidon droit, et une bien plus grosse au niveau du thorax - Je ne me sépare jamais de mon bracelet AC/DC qui m'a été offert par mon ancien petit ami, aujourd'hui décédé - Je possède une magnifique Mercedes 500 noire qui m'a été offerte par mon père avant mon départ pour les USA - Malgré mon âge, j'adore les jeux vidéos et je pourrais passer des journées entières devant une console - Je ne suis pas difficile au niveau de la nourriture, mais jamais vous ne me ferez avaler un steak haché ou de la soupe, je déteste ça - En revanche, donnez moi du beurre de cacahuètes ou du Chili et là on peut discuter - Le premier qui touche à une araignée aura à faire à moi, je déteste qu'on écrase ces petites bestioles que je trouve toutes mignonnes - Je possède quatre chevaux, un chien et un chat, ce dernier ne me quittant jamais, étant même, je dirais, mon coéquipier - Je suis insomniaque et acharnée du travail, ce qui signifie que lorsque je ne dors pas, je remplis ou classe des dossiers  - Je suis surnommée le Dr. Smile et je porte bien mon surnom, à vrai dire - Je n'ai jamais perdu mon accent écossais, et il m'arrive parfois d'avoir à me répéter pour me faire comprendre - Ce n'est peut être pas une chose très gaie, certes, mais on dit que je suis douée pour aider les patients de l'hospice à passer l'arme à gauche. J'ai un don pour les rassurer, les aider à partir plus sereinement, d'après ce qu'on dit.  





Ton pseudo/prénom :  Karsimys / Sarah Âge : 17 ans Pays/région : France / Rhône-AlpesScénario/inventé : Inventé. Tu penses quoi du forum? Il a l'air super sympa', j'adore le contexte et la communauté est vachement accueillante ! J'adore, tout simplement !  Comment tu as trouvé notre bébé? Via un partenariat. Tu voudrais un parrain ? Non marki. :3 Autre chose? Je suis bien contente de vous rejoindre, et je remercie une seconde fois les personnes ayant répondu à mon sujet sur la partie invités ! Very Happy
Code:
<pris>Lana Parrilla≈</pris> <i>Angela R. S-Bartlett</i>


Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


MessageSujet: Re: You're never fully dressed without a smile - Angela   Sam 15 Aoû - 15:15



This is my story
Whithout fight, you'll fall


C’est par un jour pluvieux que je suis née à Perth, en Écosse, le trente-et-un Décembre 1979. D’origine américaine, mes parents avaient élu domicile dans ce merveilleux pays à cause du travail de mon père, qui ce dernier bossait dans le domaine policier.
C’est donc là bas que j’ai grandi, en compagnie de mes parents et de mon grand frère, Spencer, qui avait deux ans de plus que moi. Nous étions d’ailleurs très fusionnels, tout les deux. Si il y avait une bêtise à faire, on pouvait être sûrs qu’elle était pour nous, sans faute ! Nous n’avons pas eu une enfance malheureuse, loin de là. Nos parents nous aimaient et nous chérissaient comme la prunelle de leurs yeux. Nous étions une famille heureuse, mais malheureusement cela n’a pas duré.
J’étais âgée d’une dizaine d’années quand cela s’est déroulé. Ma mère a commencé tout d’abord à devenir distante, que ce soit envers mon père comme envers moi ou même envers Spencer. Nous commencions à nous poser énormément de questions à la maison, si bien que parfois nous imaginions même des choses dont on savait que notre mère n’était pas capable de cacher. Comme tromper notre père, par exemple. Cela nous avait traversé l’esprit plusieurs fois.
Puis, un funeste matin, elle décéda sans crier gare. Et le médecin fut formel : La cause de la mort était un cancer de l’estomac qui avait été accéléré par de fortes doses d’un produit anesthésiant. Nous furent tous anéantis par cette nouvelle. Elle était partie sans laisser aucune trace derrière elle, elle nous avait laissé à notre propre compte. Personne ne comprenait pourquoi elle avait caché cette grave maladie aux yeux de se propre famille. Famille dans laquelle nous étions soudés plus que tout, dans laquelle tout le monde se sentait bien.
Le décès de ma mère aura fait éclaté cette famille. Mon père a sombré dans l’alcool, mais ce n’était pas une chute si négative qu’elle aurait pu l’être. Il se faisait du mal, et ça nous désolait de le voir ainsi, mais jamais il n’aura levé la main que ce soit sur moi ou sur mon frère. Non, il se disait même désolé d’avoir à nous infliger une telle douleur, alors qu’on avait déjà perdu notre mère. Mais il avait un défaut : Il ne se battait pas. Il se laissait aller, et se laisser sombrer dans l’addiction.
Il a ramené plusieurs femmes à la maison sans réellement se rendre compte du mal que cela me faisait. Pour moi, ma mère était irremplaçable, et je ne comprenais pas ce comportement… Mais j’étais encore bien jeune, et ce n’est que par la suite et grâce à Spencer que j’ai fini par comprendre qu’il avait besoin d’une compagne pour remplacer maman, pour le rendre heureux comme elle l’avait fait auparavant.
Plus le temps passait, plus mon père les enchainait et oubliait de s’occuper de Spencer et moi. Nous étions laissés pour compte, et nous devions nous débrouiller seuls.
Adolescente, j’ai commencé à m’affirmer comme je le souhaitait : J’avais adopté un style de rockeuse, hard rockeuse, ou même de metalleuse. J’avais développé une grande attirance pour ce type de musique et je souhaitais le montrer aux yeux des autres. Entre temps, mon frère lui avait eut son BAC, et était parti faire ses études en Angleterre pour entrer dans la médecine. Son départ m’avait énormément chagrinée, mais je comprenais, et j’avais des nouvelles régulièrement.
Seule en compagnie de mon père, j’ai commencé à vouloir essayer de tester diverses choses. Je me suis alors mise à fumer, dans un premier temps. Je voulais voir quel effet ça faisait, et sur le coup, ça m’avait plu. Je n’étais cependant pas dépendante, et ne fumait qu’une cigarette par jour généralement. Mais lorsque j’étais avec des amis, il m’arrivait d’en fumer un peu plus. Puis je suis passée par le stade de l’alcool. Là aussi, je voulais voir ce que ça faisait de se prendre une cuite, et j’avoue que sur le coup je n’avais pas été déçue ! J’avais l’alcool joyeux, j’avais l’impression d’être heureuse, de tout oublier ! Je m’amusais, je me laissais aller, je faisais ce qu’il me plaisait… Le lendemain matin, lui, me fit bien vite redescendre sur terre, mais malgré tout j’ai continué dans cette voie. Je buvais à chaque soirée à laquelle j’assistais, et commençais alors à me dire que mon père avait eu raison de noyer son chagrin dans l’alcool, c’était vraiment quelque chose de magique. Et ça, aussi désolant que cela puisse être, je le pensais réellement. Mais un événement me fit bien vite changer d'avis.

J’ai continué dans cette voie-là jusqu’à mes vingt ans. Je fumais, je buvais, je m’éclatais… Et je le cachais à Spencer. Je ne voulais pas qu’il sache que je me détruisais ainsi, et ce depuis l’adolescence. De son côté, il continuait ses études à Londres, mais avait finit par changer de voie pour s’orienter dans le domaine policier. Mon père quant à lui demeurait dans le même état.
C’est lors d’une soirée que j’ai rencontré la personne qui aura été la cause de mon changement concernant toutes ces substances que je consommais régulièrement. J’avais été invitée à cette soirée par une amie, qui au dernier moment avait du se désister et m’avait laissée en plan au milieu de tout ce monde que je ne connaissais pas. C’est alors qu’un jeune homme était venu à ma rencontre. Eden, un peu plus vieux que moi, il représentait parfaitement le type de gars pour lesquels je fondais à l’époque : pas trop grand, barbe de trois jours, cheveux longs, un style un peu grunge… Et ça avait été le gros coup de foudre. Nous avons discuté tout au long de la soirée, à laquelle je ne pensais pas rester lorsque j’ai su que mon amie ne pourrait pas être présente.
Les jours suivants, nous avons continué à nous voir et à mon plus grand bonheur, mes sentiments étaient réciproques. Nous avons alors commencé à sortir ensemble, et ça a continué ainsi pendant deux ans. J’étais totalement épanouie, et nous étions vraiment fusionnels, lui et moi.
Mais un jour, alors que nous étions sortis en compagnie de quelques uns de ses amis, nous sommes allés nous asseoir dans l’herbe d’un champs de notre belle campagne écossaise. L’un de ses amis avait alors sorti ce qu’il fallait pour rouler une cigarette, mais pas seulement : Il avait de la drogue avec lui. Lorsqu’il en a proposé à tout le monde, Eden et moi avions hésité, au départ. Lui il était plutôt réticent à prendre de la drogue mais moi… Tout comme je l’avais fait avec la cigarette ou l’alcool, je voulais tester, et voir quel effet ça faisait. Alors j’ai convaincu aveuglement Eden à en faire de même, n’ayant jamais pensé aux conséquences que cela pouvait engendrer. Après qu’il ait alors accepté, son ami nous a refilé de quoi nous rouler un joint à nous deux. Aux premières lattes, ça avait commencé par nous brûler la gorge, mais on s’y était très vite fait, on avait commencé à délirer. Plus on en prenait et on se faisait passer le joint, plus on en voulait. Alors à la fin de notre joint, j’en ai demandé un autre, et l’ami d'Eden -qui délirait lui aussi- n’a pas été réticent à m’en passer. Mais ce fut celui de trop. Sans réellement y faire attention, j’avais mal reparti les doses, et il y avait un endroit où il y en avait beaucoup trop, de plus, l’herbe n’était pas non plus de très bonne qualité et qui sait ce qui avait pu s’y trouver dedans. Et c’est Eden qui tomba sur l’endroit le plus chargé. Il avait tiré un peu trop fort, et n’avait pas attendu suffisamment longtemps entre ses lattes. Lorsqu’il me fit tourner le joint, j’ai posé mon regard sur lui et mon euphorie est de suite retombée. Il était livide, et il ne riait plus lui non plus. Alors qu’il commença à se plaindre comme quoi il n’allait pas bien, puis il finit par tourner de l’œil. Complètement affolée, je suis vite redescendue sur terre et ai tout d’abord essayé d’exercer les gestes basiques de premier secours, tandis que nos amis avaient prit l’initiative d’appeler les pompiers malgré les risque que cela encourait quant au fait d’avoir consommé de la drogue. De mon côté, je faisais tout pour essayer de ranimer Eden, mais rien y faisait. J’ai alors vu à ce moment là ma vie s’effondrer. Il était tout pour moi, je ne voulais pas qu’il me quitte de cette manière aussi subite et inattendue. Il avait été mon bonheur durant ces deux dernières années, celui qui me faisait rire, sourire, mais surtout celui qui me réconfortait quand rien n’allait, qui me prêtait son épaule pour pleurer lorsque je déprimais. Je ne voulais pas qu’il parte.
Mais malheureusement, son bad trip lui fut fatal, et après avoir été transporté à l’hôpital, il avait été plongé dans un éternel sommeil quelques heures plus tard.

Après le décès de celui que je croyais homme de ma vie, la culpabilité m’a rongé pendant bien longtemps. C’était de ma faute, si il était mort. C’était moi qui avait insisté pour qu’on teste la drogue et c’était moi qui avait trop chargé le dernier joint. J’ai longtemps été ainsi rongée, mais je n’ai plus jamais touché à la drogue, ni à la cigarette. Je buvais, certes, mais c’était tout.
C’est grâce à mon frère qui m’a aidée dans cette épreuve malgré le fait de lui avoir caché mes consommations. Il m’avait pardonné, ce que je pensais impossible pour le coup. Mais tout comme Eden, il avait toujours été là pour moi, lui aussi, et c’est grâce à lui que j’ai su aller de l’avant.

J’ai souhaité tirer un trait sur les derniers évènements. Et accompagnée des encouragements de Spencer, j’ai totalement changée, et me suis prise en main. J’ai tout d’abord reprit les études que j’avais abandonné pendant le lapse de temps durant lequel j’avais sombré dans une dépression. Entre temps, je me suis aussi occupée de mon père comme il se le devait. Il n’avait pour sa part jamais appris ce qui m’étais arrivé, et buvait toujours autant. Quoi que, il avait fait quelques progrès, et il lui arrivait parfois de boire un peu moins qu’habituellement.
Mais malheureusement, demeurer ici en Écosse me rappelait bien trop de mauvais souvenirs. Alors au retour de mon frère, j’ai prit l’initiative de partir. Il avait reçu son diplôme avec brio, et m’avait alors déclaré que je pouvais faire ce que je souhaitais, et qu’il prendrait soin de notre père. Ce dernier ne fut pas réticent à mon départ, bien au contraire. Il voulait que je sois heureuse, et que je ne prenne pas la même voie que lui. Il m’a même, en cadeau de départ, offert sa belle Mercedes que j’adorais tellement.

Je suis alors partie pour les États Unis, et me suis tout d’abord installée à Boston, où j’ai poursuivi mes études pour devenir tout d'abord officière de police, mais après deux ans de service j'ai bien vite abandonné et me suis lancée dans la médecine. Je recevais régulièrement des nouvelles de Spencer et de notre père. De mon côté, je retournais parfois en Écosse pour les revoir.
J’ai beaucoup changé durant ces dernières années. J’avais mit de côté mon style rockeuse rebelle pour adopter quelque chose de bien plus adulte et féminin. Je prends aujourd’hui la vie du bon côté malgré les évènements ayant chamboulés ma jeunesse.
J'ai emménagé il y a un an à Londres, où j'exerce aujourd'hui le métier d'aide soignante dans un hospice, malgré la dureté de ce boulot.

J'ai emménagé il y a un an en Angleterre, à Londres avec le besoin de me sentir plus près de ma famille. J'avais aussi envie de rencontrer de nouvelles têtes, d'établir de nouvelles relations, ce que je n'avais pas vraiment prit le temps de faire à Boston.

J'ai malheureusement subi un très récent accident de voiture. Alors qu'un taxi devait m'emmener visiter les campagnes aux abords de la ville pour que je puisse trouver une pension pour mes chevaux, nous avons été bloqué par une remorque transportant de longues tiges et tuyaux de fer, dont la voiture qui la remorquait était tombée en panne. Le taxi s'était arrêté étant donné qu'il n'y avait qu'une seule voie, donc impossible de doubler. Et tout se passa extrêmement vite. Je n'ai pas entendu la voiture de derrière arriver à toute vitesse, qu'elle est entrée violemment en collision avec le taxi. J'ai senti une affreuse douleur s'enfoncer dans mon thorax, juste en dessous de la poitrine, puis plus rien.
Je me suis réveillée deux jours plus tard à l'hôpital de Londres, entourée de machines et sous respiration artificielle. L'endroit où j'avais été touchée me faisait un mal de chien, et après s'être assuré que j'avais bien repris mes esprits, le médecin m'a appris que je m'étais faite empallée par l'un des tuyaux de fer durant l'accident. J'aurais très bien pu en mourir, mais bien heureusement pour moi, le chauffeur du taxi qui avait été épargné de justesse avait eu le bon reflex d'appeler les urgences, et les organes importants n'avaient été que partiellement touchés.
Aujourd'hui, cet accident m'aura laissé une énorme cicatrice, ainsi que des douleurs fréquentes. Mais qu'importe, je suis partiellement guérie, et je reprend alors la petite vie que je menais avant que cela ne se produise. Je vais de l'avant.

Je souhaite aujourd'hui être heureuse, mais avant tout retrouver ce que je n'ai pas eu depuis longtemps : Le bonheur. J'en ressens l'envie depuis quelques temps maintenant, après avoir fait mon deuil auprès d'Eden. Lui qui était un véritable soutien durant mes moments de faiblesses.

Mon passé me rattrape parfois, et il m’arrive d’y repenser et de craquer lorsque je suis seule. Mais de mon plein gré, je ne veux pas dévoiler mes faiblesses. Je veux montrer que je suis forte, et que je sais me battre, contrairement à mon père qui lui n’est toujours pas sortit de son addiction.

Je n’ai pas oublié mon passé. Je l’ai simplement mit de côté.


Revenir en haut Aller en bas
To infinity and beyond

avatar



J'ai envoyé : 267 râteaux. Je suis par ici depuis le : 24/06/2015


MessageSujet: Re: You're never fully dressed without a smile - Angela   Sam 15 Aoû - 16:06

Bienvenuuuuue à toi
Si tu te retrouves avec de nouvelles questions, n'hésites surtout pas

_________________

"« Nous nous aimons, Nous nous aimerons... J'ai peur de moi même. A mes yeux, il semble être un dieu, à quoi rime la vie si je ne suis plus près de toi, les autres sont plus petits... Toute entière je me donnerais à toi, toi à moi. Je te serais fidèle, loyal, nous ne ferons plus deux mais un... Un. » ©️shinouh


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité


MessageSujet: Re: You're never fully dressed without a smile - Angela   Sam 15 Aoû - 16:53

Merci beaucoup ! Very Happy
Pas de soucis, pour l'instant ça va, mais je saurais vers qui me tourner. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


MessageSujet: Re: You're never fully dressed without a smile - Angela   Sam 15 Aoû - 17:03

Bienvenue ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité


MessageSujet: Re: You're never fully dressed without a smile - Angela   Sam 15 Aoû - 17:16

Marki. Smile
Revenir en haut Aller en bas

avatar



J'ai envoyé : 153 râteaux. Je suis par ici depuis le : 10/07/2015


MessageSujet: Re: You're never fully dressed without a smile - Angela   Sam 15 Aoû - 19:48

BIENVENUE MA BELLE ENFIN TA PETITE BOUILLE
J'aime Shocked

_________________
and it's too cold outside for angels to fly

an angel will die covered in white, hoping for a better life, we'll fade out tonight straight down the line. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité


MessageSujet: Re: You're never fully dressed without a smile - Angela   Sam 15 Aoû - 20:27

Markiiiiiii t'es adorable.
J'ai bientôt fini, on va vite pouvoir mettre en place notre petit lien. Shocked
Revenir en haut Aller en bas
To infinity and beyond

avatar



J'ai envoyé : 267 râteaux. Je suis par ici depuis le : 24/06/2015


MessageSujet: Re: You're never fully dressed without a smile - Angela   Sam 15 Aoû - 21:20



bienvenue sur bad in love
il est des nôôôtreee



Très jolie fiche et j'espère que tu te sentiras bien parmi nous ! Je pense toujours à notre lien, j'abandonne toujours pas l'idée.

Bienvenue officiellement parmi nous Si tu en es arrivé(e) là, c'est que t'es vraiment un boss (et que ta fiche était parfaitement remplie surtout) . Maintenant que tu es validé(e), tu vas pouvoir jouir de tous les services offerts sur le forum:

✤ il faudra que tu te renseignes sur le système de points pour savoir comment gagner des points et tu pourras même réclamer des points qui ne peuvent s'ajouter automatiquement. Il est important de passer ici, vous risquerez de louper les surprises qu'on vous prépare.
✤ tu vas pouvoir demander un toit histoire que ton personnage ne se retrouve pas à la rue. (et demander un colocataire si tu ne peux te payer un logement seul).
✤ parce que si tu veux un toit, il te faudra peut-être un métier, c'est pourquoi tu pourras répertorier ton métier ici.
✤ tu pourras créer ton propre scénario ou poster un pré-lien à ta guise, du moment que tu aies vérifié que celui-ci était libre dans le bottin (et n'oubliez pas que créer un scénario vous fera perdre des points).
✤ parce qu'hormis le rp, on a envie de vous décrire: n'oubliez pas la partie jeux et flood parce qu'on a envie de vous découvrir et vous avez peut-être envie de nous découvrir aussi.
✤ n'oubliez pas d'aller voter pour nous histoire de faire connaitre le forum.



_________________

"« Nous nous aimons, Nous nous aimerons... J'ai peur de moi même. A mes yeux, il semble être un dieu, à quoi rime la vie si je ne suis plus près de toi, les autres sont plus petits... Toute entière je me donnerais à toi, toi à moi. Je te serais fidèle, loyal, nous ne ferons plus deux mais un... Un. » ©️shinouh


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité


MessageSujet: Re: You're never fully dressed without a smile - Angela   Sam 15 Aoû - 21:31

Merci beaucoup pour la validation, je m'en vais de ce pas cliquer sur tous ces petits liens, et je ferais ma fiche de relation par la suite ! Very Happy
J'y pense toujours aussi, je suis sûre qu'on trouvera quelque chose de très bien !
Revenir en haut Aller en bas

avatar



J'ai envoyé : 909 râteaux. Je suis par ici depuis le : 25/06/2015


MessageSujet: Re: You're never fully dressed without a smile - Angela   Mer 26 Aoû - 17:18

Avec un peu beaucoup de retard, je te souhaite tout de même la bienvenue parmi nous
Et puis bon, Lana pour avatar, je t'aime déjà

_________________
there’s a devil in your smile that’s chasing me and every time i turn around it’s only gaining speed. there’s a moment when you finally realize there’s no way you can change the rolling tide. but i know yes i know that i'll be fine.
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: You're never fully dressed without a smile - Angela   

Revenir en haut Aller en bas
 
You're never fully dressed without a smile - Angela
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» You're never fully dressed without a smile ♠ Haziel Kieran
» Athénais - You're Never Fully Dressed Without a Smile
» Why do you smile all the time ? (RP libre : 1,2,3 personnes ?)
» 08. Dressed To Kill
» I'll make you smile ! w/ Bak Yul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BAD IN LOVE :: Bad In Love vous dit au revoir ! :: à récupérer :: Anciennes présentations & scénarios-